Live to the fullest, try to connect to each and every little thing on earth. This is what you can be.

 

Earth, and the Universe, will be grateful for that.

 

Do it while you live, it's easier, and delightful.


India

L'Inde m'a rendu Gaga. Gaga d'elle et de la vie.

Cachemire, vingt jours de 'captivité volontaire', puis retour à l'action : Delhi - Jaipur - Agra - Varanasi.

Pas besoin de plus. J'aurais voulu et je veux encore la visiter toute entière, tellement je m'y sens bien. Bien dans le chaos naturel qui s'y trouve. La vie suit son court comme elle peut là-bas, et c'est tout. Pas comme elle pourrait, juste comme elle peut.

Jaipur - Un ancien palais de Maharaja
Jaipur - Un ancien palais de Maharaja
City Palace Museum - Jaipur
City Palace Museum - Jaipur
Hawa Mahal - Palais des Vents - Ainsi nommé car il permettait aux dames du harem royal d'observer la vie quotidienne dans la rue sans être vues
Hawa Mahal - Palais des Vents - Ainsi nommé car il permettait aux dames du harem royal d'observer la vie quotidienne dans la rue sans être vues
Relax - Sur le chemin du temple des Singes
Relax - Sur le chemin du temple des Singes
Vue de Jaipur - Chemin du temple des Singes
Vue de Jaipur - Chemin du temple des Singes
Ecureuil Jaipuri
Ecureuil Jaipuri
Gueule de bois ?
Gueule de bois ?
Le nourrisseur
Le nourrisseur
Agra - Taj Mahal
Agra - Taj Mahal
Varanasi - Gange & lumières de la nuit
Varanasi - Gange & lumières de la nuit
Se délecter (latin delectare)
Se délecter (latin delectare)
Bain quotidien
Bain quotidien
Molécules au crépuscule
Molécules au crépuscule
2 commentaires

P'tit grain de Cosmos

J'aime l'eau. Je suis poisson, ça tombe bien.

J'aime l'eau car je vois en sa dynamique le même schéma que celui de mes émotions au fil du temps.

Rivière à Naranag - Cachemire
Rivière à Naranag - Cachemire

Longtemps j'ai été un fleuve. Mes émotions m’affleuraient, rapidement, en passant toutes à la suite des autres voire en même temps, en grande quantité, ce qui les rendait difficiles à saisir, ou ne serait-ce qu'à voir. Le courant qui m'animait alors me contenait. Je pouvais vivre à son rythme car je m'y étais habitué.

Toutefois je pressentais que je n'étais pas prêt à me verser dans l'océan, et devais donc chercher le seul moyen de m'y préparer. Aller dans le seule direction qui s'offrait logiquement à moi : à contre-courant. Ce fleuve je l'ai donc remonté. Première réaction : panique. Pour la première fois je voyais le contenu. Ces choses-là, d'abord, je ne les ai pas comprises. Puis bientôt je pu les apprivoiser. Je pu y voir plus clair dans le tumulte de mes eaux troubles.

Peu-à-peu des issues se dessinaient. Ces issues n'étaient autres que des rivières, qui venaient là m'alimenter.

Je suis devenu l'une d'elle, d'abord, puis j'en ai vu d'autres.

La rivière contient moins d'eau. Elle montre donc malgré elle ou à son avantage tout ce qu'elle a en elle. Le courant y est parfois doux, voire quasi-nul, parfois intense, voire tumultueux.

L'eau y est limpide, ou boueuse, en tout cas bien plus proche de sa nature originelle qu'elle ne l'était dans le fleuve. En devenant rivière je me découvre. Je me surprends, j'apprends à m'aimer, et que je peux me détester. J'apprends à être heureux, bienveillant, calme, généreux, beau et aimant, puis je découvre que ma vraie nature fait fi de tout cela. Je ne peux que suivre mon lit, tracé par la nature pour la nature, par le temps pour un certain temps, celui qui donne à l'eau ses trajectoires.

Érosion par l'eau qui creuse la Terre là où la Terre se creuse. Par définition le chaos est ce qui la créé.

La rivière est longue. Elle me prend du temps, de l'énergie aussi. Je dois remonter des cascades, me heurte à des rochers. Me fraye des chemins dans les glaces de l'hiver. Sur mon parcours je croise un nombre inouï de poissons. Eux aussi semblent concentrer leurs efforts à atteindre une destination dont eux-seuls connaissent le secret. Mais ça je ne le vois que dans mes zones calmes. Là ou le courant s'arrête et laisse place à une grande réserve d'eau limpide et fraîche où il fait bon se baigner.

Autrement, dans l'agitation permanente, je les aperçois juste.

Alors, magnifique créatures qu'elles sont, elles deviennent dans mon esprit de simples animaux qui, d'une façon ou d'une autre, encombrent mon chemin.

Pourtant je retombe toujours sur une grande étendue d'eau claire où je peux me reposer, et à chaque fois, là, je vois des nouveaux poissons ; je pense alors à ceux que j'ai croisés, et je vois uniquement de magnifiques créatures.

Quelque-part, remonter le chemin qu'ils ont descendu m'aide à mieux les percevoir. Mieux les connaitre et mieux me connaitre. Je peux les comprendre, voir leur beauté, et les pourquoi de leurs traits.

J'ai probablement changé maintes fois de rivières. Parfois je l'ai su. J'ai soudain senti que mon environnement changeait, et avec lui tout ce que je traversais revêtait une forme différente, nouvelle.

Maintenant j'en suis là. J'ai parcouru tout ça. Une grande partie, et rien en même temps.

Ce qu'il me reste... Le seul moyen de savoir est d'aller à la source.

La rivière d'aujourd'hui se rapproche du ruisseau.

L'écoulement se fait fluide, qui plus est régulier.

L'énergie concentrée, particules solidaires.

Si solidaires que leurs consciences, reliées ne font qu'une.

Ainsi l'eau sait où elle va.

Avec la Terre, elle apprend, à se frayer un chemin.

Par les cailloux elle devine les rochers.

En haut, dans le froid, elle descend et sait qu'elle devra remonter.

À la source, pure, elle est juste vie.

Elle est aussi conscience.

Celle-là même qui s'entretient, circule, se partage, se dégrade, se renouvelle.

L'eau d'en-haut

0 commentaires

India Baby

Comme un poisson dans l'eau

J'arrive à Delhi alors que trois jours avant, pendant une soirée à Pai autour d'un feu de camp, à célébrer l'anniversaire d'une amie de voyage rencontrée au Laos il y a quelques mois et retrouvée ici, à notre plus grande surprise partagée, une de ses amies m’avertit de l'étrangeté des habitants de l'Inde. Impossible de leur faire confiance pour elle, beaucoup d'entre eux essayant de profiter de la situation.

Surpris par cette révélation, j'ai tout-de-même confiance en son jugement, me dis qu'il doit y avoir une part de vrai et fais profil bas en débarquant de l'aéroport.

Aéroport où je perds toute ma patience voire mon excitation d'être arrivé en Inde, suite à l'attente interminable aux guichets de la douane, deux ouverts sur une dizaine, et un lecteur d'empreintes digitales au succès assez limité. Ça et le doute concernant la garantie de mon Visa, doute appuyé par le militaire à qui j'ai affaire, qui m'apprend que mon adresse n'est pas valide. Je met finalement celle de mon hôtel et peux enfin sortir de ce hall de l'enfer.

Mon sac est bien là, j'échange mes bahts restant en roupies et me fais indiquer mon chemin pour aller au 'vieux' Delhi.

Je n'ai qu'un métro à prendre et tout se déroule au mieux. Enfin relax et confiant, je me sens drôlement à l'aise. L'impression d'être à nouveau proche de chez moi.

En sortant de la station de métro je ne connais pas encore l'itinéraire pour aller à mon hôtel et m'apprête à sortir mon portable quand un chauffeur d'autorickshaw s'approche de moi. Je lui montre donc mon hôtel et il m'indique directement la direction pour y aller à pieds. C'est à dix minutes. Une passerelle permettant de traverser une bonne douzaine de chemins de fer et d'arriver du côté de la vieille ville. C'est en effet la bonne direction et il aurait pu me facturer un bon trajet.

Honnêteté +1

Je passe devant la ruelle de l'hôtel sans voir sa petite pancarte, et me fais interpeller par un homme qui me demande "Which hotel are you looking for?" | "King hostel." | "I work there, follow me."

Chance +1

Ayant réservé deux nuits, je pars finalement le lendemain matin pour un séjour au Cachemire, loin de l'agitation de la ville. Le propriétaire de l'hôtel a trouvé les bons mots pour me convaincre et a réussi à me vendre un séjour tout compris, vol inclus, récupération à l'aéroport par le gérant du 'Home stay' où je réside actuellement. Tout étudié, ce séjour est d'un excellent rapport qualité-prix. Je sors de mon budget de backpacker, mais je l'assume ! Ici je ne suis plus un backpacker mais un client bichonné au milieu des montagnes du Cachemire. De toutes façons, je rentrerai en France les poches vides ou presque, et me concentrer sur mon budget maintenant serait uniquement du masochisme. J'ai remarqué au fil de mes destinations ô combien est infiniment plus agréable le fait de voyager sans réfléchir à l'argent plutôt que de me tourner vers mon portefeuille et commencer à convertir, compter, comparer, penser, paniquer, etc, à la moindre évocation d'un service payant.

Le matin, avant que mon taxi (inclus) m'amène prendre mon vol, Abdul (le gérant) m'offre un masala dosa en petit-déjeuner, je ne lui dois pas d'argent, il est heureux de me l'offrir et me le fais savoir. Je me régale.

Honnêteté +1

Générosité +1

Le vol est le plus agréable que j'ai pris durant tout mon voyage en Asie :

premièrement car il passe au-dessus des montagnes de l'Himalaya et que la vue est à se tailler les sourcils.
Et j'insiste pour que l'expression soit mise au Larousse de 2018.

deuxièmement car le repas est bon ! Chose plutôt incroyable pour une compagnie aérienne.

À l'arrivée, un simple formulaire à remplir et je suis dehors, au grand air. Mon contact arrive sans se faire attendre et me fait monter dans sa voiture.

Et me voilà chez lui, chez Imtiyaz, Imy Home Stay, depuis quinze jours. Quinze jours que je n'ai absolument pas vu passer. Plus exactement quinze jours dont trois dans un autre lieu, à Naranag, plus au nord. Un village traversé par une rivière, orné de neuf temples, posé dans les montagnes, au calme envoutant.

Ce que je pensais être un gros trekking de trois jours, à la Tintin, s'est avéré être un séjour dans un home-stay minimaliste, avec des balades ne dépassant pas quatre heures pour la plus longue. Pour cela, je ne pouvais en vouloir qu'à moi-même, je n'ai simplement pas posé les bonnes questions lors de la réservation auprès d'Imy, et j'avais mon idée fixe de ce que ce serait, il n'y avait donc pas de raison que ce soit différent !

C'était finalement tout autre chose, bien plus calme que ce que j'imaginais et je pense avoir passé autant de temps à manger qu'à marcher, mais je ne regrette rien ! Naranag est un très beau village et la nature qui l'entoure est celle que je recherchais !

Le Cachemire est une région à part. Ce n'est probablement pas la seule vue l'immensité de l'Inde. Mais c'est celle dans laquelle je me suis retrouvé et je me délecte de la spécificité dont elle fait preuve et de la sensibilité de ses habitants. Je m'en nourris, je pourrais m'y fondre.

Le home-stay se trouve à Srinagar, capitale de l’État du Jammu-et-Cachemire. Ville posée sur le Dal-lake, sa superficie est quasiment trois fois celle de Paris et sa densité de population quatre fois inférieure. Ce qui donne des grands espaces, une nature assez bien représentée de parts-et-d'autres de la ville et une richesse humaine préservée.

Plusieurs lacs font partie de l'agglomération de Srinagar, ainsi que la rivière Jhelum, cette forte présence d'eau relativement préservée participe pour beaucoup à son charme. Une multitude de House-boats sont posés sur la rivière Jhelum dans l'attente de touristes indiens et internationaux.

Ici la vie est simple, les cuisines sont petites et quasiment vides, la Cuisine pourtant divine.

Des personnes qui vivent avec très peu fabriquent des objets d'art proches de la perfection, châle, papier mâché, tapis, etc.

Les journées sont ponctuées d'appels à la prière qui ensembles forment une belle cacophonie résonnant dans la vallée, parfois agrémentés de bruits d'oiseaux.

J'aime ce lieu et ses habitants plus que toutes les précédentes destinations où je me suis rendu. Cela n'est peut-être pas correct, idéal, saint, catholique ou politiquement correct ; préférer des groupes de personnes à d'autres pourrait être assimilé à du simple racisme, où est la limite après tout ? Le summum serait d'aimer de façon universelle et uniforme mais l'on sait tous que c'est impossible. De la même façon que l'on sait tous dans quel monde on vit. Ben oui on sait, on connait bien notre Planète. Ha ha. Non.

Tout ça pour dire qu'on ne sait rien, que rien n'est impossible. Je ne dirais pas que tout est possible, je ne serais pas capable de tenir un débat là-dessus si l'on me cherche. Mais je peux dire qu'on a à peine entamé le champ des possibles, puisqu'il est infini, et que cette prise de conscience est un tremplin vers une autre vie !

En route pour de nouvelles aventures !


1 commentaires

Allah

Comment je suis devenu Musulman

 

Petit, j’ai été initié au Christianisme sans jamais accrocher à cette religion et à toutes ses pratiques, que je voyais comme des corvées, voire pire, des supplices.

Une corvée est souvent une tâche concrète, dont on peut observer le résultat par la suite. Là je ne voyais aucun résultat. On nous disait de demander à Dieu ce qu’on voulait dans notre vie, de la même façon qu’on nous apprend à faire la liste au papa Noël.

Je n’ai pas tardé à douter fortement de l’efficacité de cette religion ! (sic)

 

Vinrent ensuite certains phénomènes dans ma vie, que j’associai à l’Univers, à l’intelligence de la vie. Principalement des preuves de liens entre le corps et l’esprit, de possibilités d’autoguérison, des grandeurs dont je n’avais pas idée avant, d’un infini bien concret, qui au niveau des particules me fait revoir le Monde en terme de champs, donc en accordant bien moins d’importances à la notion de solide, de vide, liquide et autres ‘ides’.

Lors d’un stage dans un monastère Bouddhiste, je pris connaissance de la coproduction conditionnée, dont je comprends bien mieux le sens avec son homologue anglais, Dependant origination, et pratītyasamutpāda en sanskrit.

En gros, tout est interdépendant. Ce ‘tout’ est un vrai ‘tout’. Un tout infini, qui a sa place sur Terre, donc dans notre Cosmos. Je ne ferai donc pas la liste de ce qu’il englobe, j’ajouterai juste que tous les phénomènes passés, présents, futurs en font partie, et que ces phénomènes peuvent être objets physiques, éléments, sensations, perceptions, pensée, conscience, etc.

 

J’ai depuis lors fait un certain cheminement dans mon raisonnement, puis je suis arrivé à Srinagar au Cachemire.

Ici 95 % de la population prient Allah chaque jour. Chaque jour, on entend les Adhans, appels à la prière, qui résonnent dans la plaine en se cognant contre les montagnes, formant plusieurs échos entremêlés, surréaliste.

Ici, on sait exactement à qui et à quoi l’on fait référence lorsque l’on prie. Et cette présence d’esprit, cette conscience, englobe chaque fait et geste de la vie, belle et simple, d’un Cachemiri.

 

Après avoir d’abord constaté, observé, j’ai voulu tâter. Voir de près, observer. Ressentir.

Je me suis donc renseigné auprès de mon hôte (je suis dans un Home stay, c’est à dire que je vis avec une famille), j’ai posé beaucoup de questions, eu beaucoup de réponses. Celle qui m’a fait accrocher : Allah était également un fervent méditateur. Bien-sûr cela n’est pas le seul élément qui m’a amené à prier en son nom. Ça m’a juste permis d’orienter mes questions et de me rendre compte de ma proximité avec chaque valeur qu’il avait en lui et a voulu faire grandir.

 

Ce fût lors de la visualisation du Dr Zakir Naik, et après avoir assisté à plusieurs prières avec mes hôtes, que j'ai vraiment émis le souhait de me convertir.

 

Ce qu’il me faut ajouter, ce que j’ai perçu et qui m’a ouvert la porte à cette croyance, c’est que c’est le propre de l’homme de devoir croire en un Dieu, un prophète, un transmetteur de paix, d’amour et d’une bonne parole, afin de rester dans sa ligne de conduite. Afin de ne pas sombrer dans les méandres de l’infini dont je parlais tout à l’heure.

Cet infini, notre dépendance au Cosmos, c’est toujours le viseur à travers je vois le Monde. J’ai juste changé mon optique, afin de pouvoir toujours garder en ligne de mire un sujet. C’est ce sujet là qui a attiré mon attention, car là où je suis, j’ai appris des choses qui font sens.

Quant aux autres, ils ont également tout mon respect.

 

Je terminerai par un bref rappel de ce qui m'a mené là. Je suis né le 20 février 1991. Ce qui fait de moi un poisson. Or d'après une Russe-estonienne que j'ai rencontré en Thaïlande, c'est bien à mon âge que les poissons commencent réellement leur vie.

Quoi de mieux donc, qu'un bon poisson d'avril en ce premier avril 2017 ?

J'espère que vous avez trouvé celui-ci de bon thon

BISOUS

 

 

2 commentaires

Hop-là

Il s'en est passé des choses depuis mon road-trip au Vietnam. D'ailleurs quand j'y repense ça me parait très loin alors que ça ne fait qu'un mois que je suis reparti d'Hanoï. Aujourd'hui, je suis en Inde depuis quinze jours et me sens comme un poisson dans l'eau. Poisson dont les aventures seront l'objet de l'article suivant. En attendant voici le résumé de la saison précédente :

Pai Canyon - Thaïlande
Pai Canyon - Thaïlande

Pour faire court, je suis retourné en Thaïlande pour méditer un peu plus dans mon monastère préféré, Tam Wua Forest Monastery (facile vu que c'est le seul que je connais aujourd'hui) Me suis prélassé à Chiang Mai, qui était sur la route, puis dans une farmstay se trouvant à Chiang Dao, petite bourgade au nord de Chiang Mai, 'Rai Siwavej & Farmstay'. Endroit de rêve pour couples ou voyageurs particuliers cherchant répit particulier.

Depuis Chiang Dao, après un bus à vingt bahts pour retourner un peu plus au sud, entre Chiang Dao et Chiang Mai, là ou commence la route de Pai, qui est également celle menant au monastère, je fais du stop et suis pris par trois moines dans un pick-up de luxe. Ils étaient supposés se rendre à une cascade avant Pai, probablement pour se baigner, et ont finalement décidé de m'amener jusqu'au bout, soit plus d'une centaine de kilomètres ajoutés à leur itinéraire de base, et tout le temps que cela induit, sans compter le retour.

J'arrive donc en milieu d'après-midi plein de bonne humeur et d'une immense gratitude. Je suis de retour !

Pour décrire ma seconde expérience au monastère, il me faudrait écrire un livre. Or, livre or not livre is not the question now.

Je ne vois pas l’intérêt de le faire ici car ce que ça m'a apporté est bien trop personnel et complexe pour l'expliquer en quelques lignes, mais je peux à nouveau, au risque de me répéter, dire que la méditation a quelque-chose de magique.

Du moins de profondément salvateur. Car, et je citerai un grand philosophe contemporain :

Rien n'est magique, rien n'est dû, rien n'est ésotérique.

J'ajouterais que, sans aucun doute, méditer peut soigner un bien grand nombre de maux lorsque l'on s'y consacre vraiment, et que le jeûne en complément d'une méditation régulière en intensifie les effets.

Nouveauté pour moi, j'ai jeûné pendant les quatre premiers jours de ce second séjour au monastère et m'en suis senti changé. Jeûner, méditer, prendre soin de moi, et ne rien faire d'autre, c'est probablement la meilleure chose que j'ai offerte à mon corps, et/donc à mon esprit depuis ma première tétée !

Je me suis ressenti d'une façon nouvelle, avec à la fois une sensibilité nettement accrue, si ce n'est décuplée, et une légèreté entourant chaque zone mon corps. L'expérience en était presque déstabilisante, et m'a surtout apporté un nouvel élan qui se prolonge encore, et encore...

0 commentaires